Votre premier critère de performance de dirigeant, voulez-vous le connaitre ?

La santé du dirigeant est son premier levier de performance

Santé du dirigeant

Ce critère principal de performance d’une petite entreprise, essentiel, indiscutable est la santé de son dirigeant. Votre santé. Santé et performance du dirigeant sont liées.

 

Pourquoi s’intéresser à la santé du dirigeant, critère de sa performance ?

Parce que, justement, la santé du dirigeant et la performance de son entreprise sont en forte corrélation. Comment un dirigeant fatigué, stressé, voire souffrant pourrait-il être au mieux de son potentiel ?
C’est aussi simple que cela.

Et parce que deux dirigeants de petites entreprises se suicident par jour. Et que c’est un drame bien passé sous silence …

Quelle est la définition de la santé (celle du dirigeant ou des membres de son équipe) ?

La santé est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme « un état de bien-être à la fois physique, mental et social et ne consiste pas uniquement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

L’existence de l’expression de « santé au travail », suggère que l’état de santé sur le lieu de travail peut être différent de l’état de santé en dehors, que des risques spécifiques à l’activité de travail peuvent se présenter, que tous les lieux de travail ne sont pas obligatoirement favorables à la santé, ce qui explique que ce thème de la santé au travail soit devenu un sujet de débat public et notamment depuis une série de suicides survenus sur le lieu de travail. Stress, burn-out, dépression sont des troubles rassemblés plus globalement sous l’expression de Risques Psycho-Sociaux (RPS).

 

La santé physique est un critère de performance du dirigeant.

Elle représente l’absence de douleurs, d’affections organiques d’origines génétique, infectieuse, inflammatoire, traumatique, toxicologique. Au travail, la santé physique sera impactée par les conditions d’hygiène et sécurité mises en place : les affections les plus fréquentes sont les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) et les maux de tête. Les TMS rassemblent une quinzaine de maladies qui impactent les muscles, les tendons et les nerfs des membres et de la colonne vertébrale.

 

La santé mentale est un critère de performance du dirigeant.

Il s’agit d’une composante essentielle de la santé.

La santé mentale est selon Sutter (2017) la possibilité de fonctionner de façon harmonieuse, agréable, efficace et de faire face avec souplesse aux situations difficiles en étant capable de retrouver son équilibre.

Pour le dictionnaire de psychiatrie, « L’individu en bonne santé mentale est celui qui vit en harmonie avec son entourage, bien inséré dans sa famille et dans la société, capable de résoudre ses conflits internes ou externes et de résister aux frustrations de la vie ».

Et pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) « on définit la santé mentale comme un état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté ».

Faute d’être capable de résister aux difficultés de la vie privée et/ou professionnelle, la santé mentale peut être altérée.

La santé mentale est reconnue par différents auteurs comme se caractérisant par un état psychique qui permet à la personne de vivre en harmonie avec elle-même et les autres, c’est-à-dire d’être en mesure de contourner les frustrations et les conflits liés à la vie sociale, mais aussi les conflits intrapsychiques facteurs d’angoisse, sans être déstabilisée.

Elle représente un état de bien-être permettant à l’individu de vivre « heureux » et, au travail, d’être productif. Les difficultés liées à la santé mentale au travail sont en augmentation constante depuis le début des années 2001 (Vézina et al., 2011) et pour les entreprises, il s’agit de coûts importants car ces problèmes causent de l’absentéisme et peuvent engendrer des conflits entre salariés et avec la hiérarchie.

 

La santé psychique est un critère de performance du dirigeant.

La santé psychique est à relier à la satisfaction des besoins fondamentaux de l’Homme.

Selon Abraham Maslow (1943), il existe cinq catégories pour classer ces besoins :

  • Les besoins physiologiques essentiels pour survivre (se nourrir, se soigner, dormir par exemple),
  • Les besoins de sécurité (avoir des ressources, pouvoir vivre en sécurité), les besoins d’appartenance (à une famille, des réseaux sociaux, une entreprise par exemple),
  • Les besoins d’estime de soi (à relier à la reconnaissance, au fait de se sentir respecté, de sentir que les autres nous font confiance, être autonome, avoir des opinions reconnues, pouvoir exprimer ses idées),
  • Et les besoins d’accomplissement personnel (en lien avec le fait de se reconnaitre soi-même dans ses propres actions, à s’y retrouver dans ce que l’on accomplit, de pouvoir apprendre, se former, créer).

 

A travers cette notion de besoins fondamentaux et les exemples proposés, le travail est donc de toute évidence source de santé psychique. Cette activité peut alors permettre de satisfaire les besoins fondamentaux de l’Homme mais peut également se présenter comme une source de souffrance psychique (Dejours, 2016).

Les problèmes de souffrance psychique au travail sont révélés par le développement de troubles de l’humeur ou du comportement (Garcia, Froment, Glorieux, 2016). La dépression, l’épuisement professionnel (burn-out), l’anxiété, les conflits ou encore les violences verbales ou physiques (Boutet, 2016) sont les répercussions les plus connues de ces problèmes de santé psychique au travail.

Ces troubles psychiques au travail sont à associer aux conditions de travail.  Et ces conditions sont le plus souvent reliées au mode de « management ».

Depuis le développement des enquêtes sur les Risques Psycho-Sociaux (RPS) dans les années 2010, les rapports évoquant les insuffisances managériales ne manquent pas : il est reproché aux dirigeants par exemple de « ne pas être assez à l’écoute des salariés », de « ne pas donner de reconnaissance », de « faire de la rétention d’informations ».

 

En revanche, les études qui mettent en exergue les difficultés que peuvent rencontrer les dirigeants au quotidien sont très rares et plus récentes.

De notre point de vue, il est fort regrettable de ne pas dénicher, dans les articles évoquant le bien-être et la souffrance au travail, des analyses concernant la santé physique, mentale et psychologique du dirigeant, très souvent impactée par des situations auxquels il peut être exposé et qui vont nuire à sa performance.

 

Quels sont les facteurs spécifiques qui impactent  et la performance du dirigeant ?

Le travail du dirigeant consiste à manager : fixer des objectifs, instruire et superviser des dossiers, transmettre son savoir-faire et apporter son soutien d’un point de vue technique, gérer son équipe (prescrire, formaliser, contrôler), innover (améliorer, optimiser et inventer de nouveaux processus), animer son équipe (motiver, former, récompenser ou recadrer, gérer des conflits, doper la performance), tout ceci requérant des compétences variées et spécifiques.

Cette accumulation d’activités et de responsabilités confère au dirigeant une charge de travail très importante pouvant entrainer une forte pénibilité mentale et physique.

Le dirigeant se trouve souvent en face d’injonctions paradoxales dont on connait les méfaits sur la santé (Ravon & Vidal-Naquet, 2016). Ce sont par exemple la nécessité d’innover tout en respectant les procédures, de renforcer l’autonomie des salariés et leur pouvoir décisionnel tout en contrôlant leurs activités et leurs résultats, de faire preuve d’audace sans faire prendre de risques à l’entreprise, de promouvoir les échanges et les collaborations mais dans un monde très concurrentiel impliquant la confidentialité, de récompenser et reconnaître la performance individuelle tout en maintenant un esprit d’équipe favorable.

Le dirigeant de TPE et PME est le plus souvent seul pour gérer cette charge de travail « ordinaire » qui se complète de la gestion de situations difficiles ou imprévues. Il peut faire le choix de déléguer certaines activités aux salariés, comme par exemple, leur laisser la responsabilité totale de procédures liées à leur travail. Mais il peut s’avérer difficile pour lui de « lâcher prise » car sa crainte majeure est l’erreur. Il doit donner sa confiance et ce n’est pas si simple devant les responsabilités qui sont les siennes.

Devant des conditions de travail trop contraignantes, les dirigeants présentent souvent des pathologies liées au stress : reflux gastriques, maux de tête, Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) manifestés principalement par les maux de dos (61,6% des dirigeants s’en plaignent d’après plusieurs études : l’étude de Malakoff Médéric, celle du Centre des Jeunes Dirigeants et de l’Observatoire Amarok). Dans cette étude de l’observatoire Amarok (2011), il est montré que la santé du dirigeant de PME est impactée par sa qualité de vie au travail avec 7,5% des dirigeants qui ont un Indice de Masse Corporelle (IMC) excessivement bas (inférieur à 18,5) les plaçant dans la catégorie des personnes « maigres », alors que 48,4% des dirigeants sont en « surpoids » voire « obèses ».

L’hygiène de vie, le sommeil et l’alimentation sont des éléments essentiels pour le maintien en santé. Certains dirigeants en viennent à ne plus prendre le temps de s’occuper d’eux, même à ne plus prendre de repos. Cela peut les entraîner vers des troubles divers, mais également vers le burn-out voire le suicide pour les cas les plus extrêmes. Pour exemple, 88% des dirigeants de PME déclarent leur activité bien au-delà de 40 heures, ce qui signifie que la charge de travail plus importante qu’elle ne devrait l’être (Observatoire Amarok, 2011).

 

Alors, quand allez-vous décider de prendre vraiment soin de votre santé ? Puisque santé et performance sont liées …

 

Merci à Morgane Bani qui m’a autorisée à rédiger cet article, inspiré de quelques pages de son mémoire que vous pouvez trouver sur ce site.

Si vous souhaitez poursuivre votre lecture sur ce blog, cliquez ici !

Pour recevoir notre livret gratuit "Quel dirigeant êtes-vous?", il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous. Cela vous permettra, en outre, de recevoir mes newsletters

2018-03-24T21:52:50+00:00 Santé du dirigeant|

A propos de :

Créatrice à l'âge de 26 ans d'une entreprise qu'elle a dirigé 11 ans, elle intervient aujourd'hui auprès d'autres dirigeants pour les aider à pérenniser, développer et optimiser la rentabilité de leur entreprise sans travailler 70 heures par semaine. Coach certifiée RNCP1 et consultante - créatrice de la société idrm - elle intervient sur la base de son expérience et menée par sa passion d'aider les entrepreneurs dans leurs challenges quotidiens.
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com
close

Téléchargez GRATUITEMENT le livret "Quel dirigeant êtes-vous?"

Dans ce guide Gratuit à télécharger - vous prendrez le temps de mieux vous connaître pour identifier les zones de risques pour votre entreprise  en remplissant le formulaire ci-dessous :

Vous recevrez également la newsletter idrm. Fichier déposé à la CNIL - Déclaration n° 2153487v0