Un bon manager n’a pas peur des émotions

emotionsCertains dirigeants d’entreprises et certains managers ont la croyance qu’il est nécessaire d’être toujours rationnel, ce qui passe dans bien des cas par ne pas accepter de ressentir des émotions, voire de les considérer comme des « perturbateurs » qui les rendent moins efficaces, moins productifs. C’est un peu comme si les émotions étaient associées à la déraison, comme si ressentir une émotion était déraisonnable.

 

Or, il s’avère que les émotions font partie de la vie.

Ne pas ressentir d’émotions correspond en quelque sorte à être « un mort vivant ».

Nier nos émotions, c’est se couper de la propre vie qui est en nous.

 

Vous êtes dirigeant, certes, et vous êtes également un être humain, et un être humain, nécessairement,  ressent des émotions.

 

Nier ses émotions peut être (je dirais même : va être) incapacitant dans les relations avec vos clients, avec vos collaborateurs, au détriment de la rentabilité de l’entreprise.

Le docteur Éric Berne psychiatre, inventeur de l’Analyse Transactionnelle, considère qu’il existe 4 émotions de base, universelles :

  • La colère
  • La peur
  • La tristesse
  • La joie

En fait, l’absence d’émotions est paralysante en ce sens qu’elle peut rendre difficile de prendre des décisions profitables aux clients, aux collaborateurs, à soi-même et donc à la pérennité de l’entreprise.

 

Elle empêche de nouer des relations « de qualité », authentiques.

Les émotions sont aussi des messages d’alerte qui nous permettent, si on accepte de les ressentir et de les considérer justement comme des signes d’alerte, de faire les meilleurs choix pour la pérennité de son entreprise et son bien-être personnel.

 

Prenons, un exemple : vous ressentez l’émotion colère.

Que signifie cette colère ?

C’est un indicateur d’une réaction que vous avez et qui est déclenchée soit par une situation concrète (par exemple, un collaborateur qui a rendu son travail en retard ou un client qui cherche à obtenir de vous plus que ce qui a été négocié dans le contrat écrit et qui vous harcèle).

 

Que se passe-t-il si vous niez vos émotions ?

Si vous niez cette émotion votre organisme la retourne contre vous sous une forme ou une autre. Par exemple, vous allez ruminer et donc perdre du temps, baisser en performance.

Pendant le temps de la rumination, vous n’êtes pas pleinement en train de faire ce que vous avez à faire, vous avez en arrière fond cette émotion de colère que vous avez cherché à enfouir mais qui désespérément cherche à s’exprimer et au total, le travail que vous produisez vous demande plus de temps.

Les manifestations de cette émotion peuvent prendre d’autres formes.
Par exemple, vous quitterez votre bureau avec cette colère enfouie, non exprimée et elle sera perceptible par votre environnement familial.

Peut-être que même sur le trajet qui vous ramène chez vous, vous vous verrez en train de klaxonner à tout va ou à vous énerver parce que le feu ne passe pas assez vite au vert ou que le conducteur devant vous ne démarre pas assez vite.

 

Au final, cette émotion de colère enfouie va se manifester éventuellement par une difficulté à vous endormir, à vous tourner vous retourner dans votre lit, voire à vous réveiller au cours de la nuit, ce qui fera que le lendemain matin, vous vous lèverez encore plus fatigué que la veille … et peut-être même encore plus en colère.

 

Alors comment gérer ses émotions ?

Alors, me direz-vous : Si je ressens l’émotion colère, qu’est ce que je dois faire ? Dois-je hurler contre mon client, hurler contre mon collaborateur ? Et bien, euh …Non !

Dois-je ne rien dire ? Non plus.

Dois-je me mettre à faire de la boxe ? Pourquoi pas …

 

L’intelligence émotionnelle consiste à identifier l’émotion que l’on ressent (je me sens en colère ou je me sens triste).

La deuxième phase est d’accueillir cette émotion. J’entends par le mot « accueillir » le fait de reconnaître qu’elle est là, de ne pas la nier. D’accepter au plus profond vous-même que vous que vous ressentez cette colère.

Et ensuite : de mettre en place une stratégie qui va vous permettre de calmer cette émotion de colère, de façon à pouvoir vous recentrer sur vous, redevenir performant, et serein.

Et pour gérer vos émotions ?

Vous pouvez par exemple, en fonction du lieu où vous êtes

  • Faire 5 minutes de cohérence cardiaque. (https://www.youtube.com/watch?v=077ABrAR8DE). Pendant que le boule monte, vous inspirez six fois par le nez. Pendant qu’elle descend, vous expirez six fois doucement par la bouche, comme si vous cherchiez à éteindre une bougie sans faire couler la cire.
  • Ecouter un morceau de musique qui vous détend.
  • Fermer les yeux et visualiser, vous reconnecter à un souvenir 100% positif.

 

Des centaines d’autres solutions existent. Je vous parle ici de celles que j’utilise le plus.

 

Vous exprimerez la raison de votre émotion colère à la personne qui l’a provoquée lorsque vous vous serez calmé.

L’apaisement de votre colère fera que lorsque vous vous adresserez à la personne pour lui exprimer la raison qui a déclenché cette émotion, vous le ferez sur un ton acceptable pour elle, avec un discours ciblé sur des faits concrets et non pas ce qu’elle est, et ainsi vous ne casserez pas le lien avec votre interlocuteur.

Vous aurez la sérénité nécessaire pour recadrer ce qui doit l’être.

 

Alors, un conseil : si vous ne réussissez pas à calmer cette colère en quelques heures, n’allez pas voir la personne qui l’a générée sans avoir laissé passer 24h.

Évitez d’agir sous le coup de l’émotion.

 

Cela vous laisse le temps de prendre le recul et de mettre en place plusieurs fois de suite la stratégie qui vous convient le mieux, par exemple 5 minutes de cohérence cardiaque ou écouter une musique qui vous apaise ou fermer les yeux tranquillement et vous centrer sur un souvenir heureux.

Refaites cet exercice ou ces exercices aussi souvent que possible, avant de confronter la personne dont le comportement a généré en vous l’émotion de la colère afin d’être dans les meilleures dispositions possibles pour pouvoir trouver une solution en accord  avec la personne.

 

Et si je fais comme si je n’avais pas ressenti d’émotion ?

 

Si vous vous acharnez à vouloir nier votre émotion, gardez à l’esprit qu’elle va rester ancrée en vous sous forme d’un ressentiment dont vous n’aurez peut-être, au bout d’un moment, même plus conscience, mais qui ressurgira à une autre occasion ou à l’occasion d’un autre comportement qui déclenchera une colère.

Et qu’il est assez probable qu’un jour, débordé par cette émotion, vous vous mettiez vraiment en colère parce qu’une goutte d’eau a fait déborder le vase, en exprimant cette colère sur un ton et avec des mots qui ne seront pas acceptables pour l’autre.
Et vous risquez de créer une rupture de la relation qui sera probablement préjudiciable qu’il s’agisse d’un client, d’un collaborateur ou d’une personne de votre entourage proche.

Dans tous les cas : personne n’en sortira gagnant.

 

Pour en savoir plus ?

Vous trouverez sur le web un article très intéressant du psychiatre Christophe André dont le titre est « Peut-on gérer ses émotions ? » (http://hypno-therapie-humaniste-paris.fr/peut-on-gerer-ses-emotions-un-article-de-christophe-andre-sciences-humaines-magazine/)

Cet article montre qu »il est préférable de mettre ses émotions à son service plutôt que de s’acharner à tenter de les étouffer parce que cela n’est pas possible.

Christophe André dit « qu’on ne peut pas mettre le vent en cage » et bien les émotions non plus.

Par contre, on peut les utiliser à bon escient  et vous trouverez tout un tas d’informations très intéressantes dans cet article.

 

Vous pourrez aussi lire  un article du site Red Psy qui s’appelle « mettre mes émotions au travail » à entendre dans les deux  sens :

  • C’est à dire mettre ses émotions à l’œuvre, à notre bénéfice,
  • Et ceci spécifiquement dans la cadre du travail.

 

Cet article détaille :

  • Les méfaits pour la santé mentale et l’équilibre psychologique des tentatives d’étouffement ou d’évitement des émotions,
  • Les bénéfices de l’accueil et du décryptage des émotions dans le cadre de nos vies professionnelles.

 

Au final : acceptez de ressentir vos émotions et profitez-en pour améliorer vos relations aux autres, et, sur le plan professionnel : la rentabilité de votre entreprise.

Vous serez ainsi perçu comme un bon dirigeant et un bon manager.

Si vous souhaitez poursuivre votre lecture sur ce blog, cliquez ici !

Pour recevoir notre livret gratuit "Quel dirigeant êtes-vous?", il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous. Cela vous permettra, en outre, de recevoir mes newsletters

A propos de :

Créatrice à l'âge de 26 ans d'une entreprise qu'elle a dirigé 11 ans, elle intervient aujourd'hui auprès d'autres dirigeants pour les aider à pérenniser, développer et optimiser la rentabilité de leur entreprise sans travailler 70 heures par semaine. Coach certifiée RNCP1 et consultante - créatrice de la société idrm - elle intervient sur la base de son expérience et menée par sa passion d'aider les entrepreneurs dans leurs challenges quotidiens.
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com
close

Téléchargez GRATUITEMENT le livret "Quel dirigeant êtes-vous?"

Dans ce guide Gratuit à télécharger - vous prendrez le temps de mieux vous connaître pour identifier les zones de risques pour votre entreprise  en remplissant le formulaire ci-dessous :

Vous recevrez également la newsletter idrm. Fichier déposé à la CNIL - Déclaration n° 2153487v0